Voici une blondinette de 20 ans qui souhaite se faire sa première double pénétration en vidéo avec deux mecs de 45 piges remontés comme des boucs. Sandwich avec sodomie à sec, puis double pénétration à haute cadence : la débutante découvre que la baise avec des papys peut être sportive!


Voir la vidéo intégrale (49 min)

T’en veux du joli petit cul de salope bien rebondi ? Du petit cul ferme, grand ouvert, qui se laisse tripoter par deux mecs en rut ? Là, on tient quand même une salope de compétition… Sa tenue, qui n’a pas à être retirée pour permettre une double pénétration, s’ouvre délicieusement de part et d’autre du trou du cul de madame, suivant naturellement les écarts de ses fesses béantes de pétasse.
Sans détours et le sourire au lèvre, c’est une bite de vieux pervers dans la bouche, et une autre dans la moule ! L’idée d’un plan triolisme avec deux mecs de 45 piges bien tassées à l’air d’exciter cette jeune salope blonde encore au lycée (Charlotte 18 ans en 1ère S). Avec une gonzesse aussi facile à chauffer, tu as l’avantage de faire des économies de lubrifiant.
Sa chatte rose et rasée de près peut recevoir une queue de beau diamètre quasi sans échauffement ni lubrification spéciale, et la phase de baise qui suit nous en montre encore un peu plus sur la phénoménale capacité qu’a cette salope à se faire fourrer. Alors qu’une des deux bites lui décrasse les amygdales de façon sportive, l’autre s’invite dans son trou du cul, sans difficulté. Un petit crachat sur la rondelle, et le gros gland s’insère en douceur dans son trou du cul, sans effort ni résistance.
La douceur de l’insertion sera d’ailleurs la dernière forme de douceur à laquelle cette chienne aura droit pendant ce plan à trois. Son sphincter anal relâché, la belle détendue par la queue qui continue de lui ramoner la gorge, le sandwich sodomie peut se faire plus bestial, et permettre à ce vieux pervers sodomite d’aller chercher au plus profond de son cul le meilleur des recoins où répandre son sperme.
La suite naturelle de cette partie fine sera évidemment une double pénétration bien corsée. Le fion et la moule dilatés, plus de retenue : un dessous, un dessus, il est grand temps de faire vivre à la jeunette un burinage de trous plus éprouvant qu’une banale sodomie. Le visage crispé par ce trop plein de queue au fond de ses entrailles, la coquine sent le goût délicieux de ses limites sexuelles, aidée dans cette expérience pas les grandes claques que l’enculeur de service lui balance sur les miches.